Yoga sadhana

FORMATION CONTINUE AUX VOIES DU YOGA

L’objectif est de permettre aux pratiquants, disciples d’une Yoga Sadhana, d’approfondir, voire de transmettre et d’enseigner la science et les traditions du Yoga. Une connaissance expérientielle pratique personnelle est nécessaire. Cette formation s’adresse à tout sadhaka souhaitant s’investir de façon plus intense encore dans ce Darśana. L’enseignement est dispensé par des intervenants spécialisés dans leurs domaines de compétences de façon à ce que le pratiquant élargisse son champ de vision aux multiples facettes du Yoga (Pandit Lav Kumar Sharma, Tara Michael, François Roux, Maurice Daubard, Babacar Khane, Walter Thirak Ruta, Philippe Djoharikian, Rodolphe Milliat…).

Transmettre les sciences yoguiques requiert la connaissance des différentes voies du Yoga (Hatha, Raja, Bhakti…), des textes historiques de références (Yoga Sutra, Hatha Pradipika, Gerandha samhita…), des grands sages (Mâ Ananda Moyi, Ramana Maharshi, Ramdas…) et de l’histoire de l’Inde ancienne. Enseigner les techniques holistiques psychophysiques du Yoga nécessite d’avoir également des connaissances actuelles en anatomie, en biomécanique, en physiologie, en énergétique et en psychologie, basées sur les sciences objectives expérimentales.

La principale condition pour débuter cette trans-formation par le Yoga est une motivation soutenue afin de mobiliser l’énergie nécessaire à l’expérience, par un travail personnel guidé et suivi, afin d’obtenir une connaissance expérientielle indispensable avant de transmettre.

La formation d’enseignants de Yoga n’est pas seulement un approfondissement de votre discipline personnelle, elle vous permettra également d’étudier minutieusement les aspects des pratiques et théoriques du Yoga.

 

FORMATION TECHNIQUE, THEORIQUE, PSYCHOPEDAGOGIQUE ET PHILOSOPHIQUE

Les êtres qui désirent enseigner les voies amenant à l’état de Yoga doivent être en capacité de transmettre les méthodes du yoga aux élèves, de façon à les aider à comprendre la véritable essence du yoga, d’améliorer leur bien-être physique et psychique et de leur fournir les éléments nécessaires à leur développement spirituel. Ils devraient transmettre le Yoga en étant fidèles aux enseignements des anciens Sages, tout en étant conscients du large développement que le yoga connaît de nos jours. Ceci implique une étude et une analyse des différentes voies traditionnelles du yoga, pour encourager les précieuses qualités de souplesse et de tolérance qui ont toujours été l’apanage de la pensée yoguique.

MOYENS DÉVELOPPÉS

  1. Bases fondamentales de l’expérience du Yoga
  • Le fil conducteur de l’éducation expérientielle yoguique est basé sur les Yoga Sûtra de Patanjali
  • Le pratiquant développe au quotidien une pratique intense du Hatha Yoga
  • Chaque sadhaka privilégie une voie traditionnelle yoguique : Karma, Bhakti, Jnana ou Raja yoga.

Que l’on considère le yoga comme une discipline, une ascèse ou un art de vivre, la pratique journalière est indispensable : ce n’est que par la répétition et l’approfondissement de l’attention portée à son exercice, qu’on découvrira peu à peu comment il modifie, façonne et oriente l’être vers l’Essentiel.

Cette quête primordiale nous incite à travailler la connaissance de nous-mêmes (« Qui suis-Je ? »), à élucider nos comportements et à nous référer à des valeurs qui donnent un sens à notre passage sur terre et nous aident à vivre en harmonie avec nos semblables (Yama / Niyama).

 

  1. Connaissances culturelles et philosophiques

A) L’Inde

1- Ses traditions religieuses et philosophique, son histoire, sa culture

ð Le Veda, les six darshana orthodoxes, les épopées, l’hindouisme, le tantrisme, le Bouddhisme.

2- Sa médecine : l’Ayur Veda

3- Les textes fondamentaux du yoga

ð Bhagavad Gîta, Upanishad, Samkhya Karika, Yogasutra de Patanjali, Hathayoga pradipika, Gheranda samhita…

 

B) L’Occident

1- Ses traditions religieuses et philosophiques, son histoire, sa culture : les Ecritures, les Textes mystiques

2- Les sciences modernes : anatomie, physiologie, psychologie, santé holistique

L’enseignant doit connaître l’importance fondamentale de l’Ashtanga Yoga (les 8 membres de Patanjali), et ainsi être en mesure d’appliquer les sûtras dans sa vie quotidienne, et mettre l’accent sur leur importance dans son enseignement du Yoga.

Il pratique svadhyaya à travers l’étude des textes de l’Inde et des Ecritures de sa propre tradition. En effet il est indispensable de repérer la place et le rôle que la science yoguique peut jouer dans un Occident qui a, lui aussi, des contextes historiques, culturels, philosophiques et religieux spécifiques. La découverte des sources spirituelles occidentales et des textes est essentielle.

Pour transmettre cette éducation yoguique (ex educare, faire émerger de), le pratiquant doit être en mesure de connaître les racines de cette tradition, les textes qui en parlent, comment elle s’est développée historiquement, et dans quels contextes culturels, philosophiques et religieux…

 

  1. Connaissances pratiques et théoriques

La formation permet aux pratiquants de connaître :

  1. l’anatomie et la physiologie humaine, ainsi que la mécanique du mouvement
  2. les postures mentionnées dans les textes classiques
  3. les familles de postures et leurs principes (postures debout, couchées, assises, flexions)
  4. les karana, séquences aussi bien traditionnelles que contemporaines
  5. le moyen de sensibiliser les élèves à la respiration, pour aborder progressivement le pranayama, les bandha et les mudra
  6. les bases de psychologie occidentale en relation avec la conception yoguique de l’homme
  7. l’art d’amener les élèves à la détente, la concentration et la méditation

 

Un enseignant d’éducation yoguique doit connaitre la charpente osseuse, et particulièrement la colonne vertébrale, sa structure et sa relation avec les articulations majeures, comme le pelvis et les épaules.

Pour guider une pratique posturale (position physique + position psychique), il doit connaître les principes de base physico-psychique des asana et être capable de les structurer comme moyen d’atteindre un état d’équilibre. Pour ce faire, il a l’expérience des effets de la gravité et de la valeur à accorder au maintien d’une posture équilibrée afin de préserver les conditions d’homéostasie des différents kosha du corpus humain (corpus, ensemble de).

Avant de transmettre, un pratiquant doit découvrir la relation entre la respiration naturelle consciente et la pratique des asana afin d’être capable de faire la relation entre le mouvement du corps, la respiration et le psychisme. Il doit comprendre toutes les phases de la respiration, incluant inspiration, expiration, rétention, et connaître par l’expérience comment ajuster la pratique de la respiration aux besoins des élèves afin de les conduire à des niveaux plus subtils du pranayama incluant l’usage des mudra et des bandha.

Pour transmettre la science yoguique, il est essentiel d’avoir appris à observer ses sentiments, ses émotions, ses attitudes, ses comportements, ses motivations et ses mécanismes de défense. Le sadhaka est en mesure d’accepter ses propres limitations et valoriser ses capacités, de se voir de façon réaliste en témoin conscient (drastu) dans le moment présent et réaliser son potentiel d’évolution afin d’en faire profiter ses élèves.

Par l’expérience de la relaxation profonde, l’enseignant peut donner aux élèves un aperçu des expériences transcendantales, à savoir créer les conditions favorables pour rendre accessible l’état de dharana qui les amènera vers dhyana, à leur propre rythme.

Un enseignant doit être conscient de la relation entre la matière, l’énergie et la psyché et être capable d’y sensibiliser les étudiants sur les voies du Yoga.

Son expérience lui fait souligner l’importance et la nécessité des procédés de purification, de Yama et Niyama, basés sur Viveka comme base solide pour la méditation. Bien que l’état méditatif ne puisse être enseigné, il est nécessaire de faire prendre conscience aux étudiants du Yoga de sa valeur essentielle. L’enseignant connait que la pratique progressive du Yoga ouvre une porte vers une recherche intérieure et éveille chez l’élève le désir d’approfondir son chemin spirituel.

 

  1. Pédagogie adaptée à tous publics

L’art d’enseigner implique l’aptitude à transmettre l’esprit et les techniques de la tradition du yoga. L’enseignant est ainsi en capacité de :

  • adapter l’enseignement aux personnes présentes pour garantir leur sécurité
  • ménager une gradation dans la séance (échauffements, étirements, tonification, détente, etc.)
  • structurer la progression, le fil conducteur d’un cours annuel
  • éveiller les élèves à la Santé (selon l’OMS, la santé est « un état complet de bien-être physique, mental et social, qui ne consiste pas seulement en l’absence de maladie ou d’infirmité »)
  • éveiller les élèves à l’Essentiel

 

Un enseignant est capable d’ajuster ses enseignements à chaque élève afin de répondre à ses besoins individuels et respecter ses limitations. Il est en capacité de développer un cours sur plusieurs leçons, et d’avancer pas à pas selon le schéma prévu vers le but qu’il définit. Il est familiarisé avec les différentes méthodes d’enseignement, afin de sélectionner celle qui convient le mieux aux besoins des élèves.

 

  1. Déontologie yoguique

Éthique dans les relations :

  • De l’enseignant avec lui-même
  • De l’enseignant avec ses élèves
  • Des enseignants entre eux
  • De l’enseignant avec le monde, dans le respect de toute forme de vie

La confiance absolue dans le Maître qui prodiguait son savoir à son élève et le respect de la chose enseignée ont contribué à la transmission de cet art millénaire. Mais aujourd’hui la diffusion du yoga contraint l’enseignant à se greffer sur d’autres plantes dans d’autres sols, ce qui le conduit à une nouvelle vigilance, de façon à préserver l’efficacité de la relation maître-élève sans la dénaturer.

Enseigner le yoga, c’est être conscient de la relation entre la pratique et la vie quotidienne. Un sadhaka applique l’expérience de sa pratique dans les situations de sa vie. Il est conscient de la manière d’appliquer Yama et Niyama dans ses relations humaines, d’accueillir la vie ici et maintenant, et est capable de se concentrer totalement sur ce qu’il fait sans s’attacher aux fruits de ses actions. Il est également conscient de sa responsabilité vis-à-vis des élèves : respecter le caractère confidentiel de la relation et éviter de s’imposer comme la seule autorité sur les chemins menant au Yoga.

 

  1. Modalités d’entrée dans cette Voie d’Education aux enseignements Yoguiques
  • Etre un pratiquant, disciple de sa discipline
  • Avoir développé une connaissance expérientielle par sa pratique
  • Etre animé par la transmission, pour devenir enseignant

 

Durée de la formation selon le « Programme de Base Européen » de l’UEY

  • 4 ans minimum
  • 500 heures minimum d’enseignement, incluant des cours avec l’instructeur, des séminaires, des cours à l’extérieur approuvé par l’Ecole de formation CATCO.

 

  1. Répartition des heures de cours :

Heures obligatoires spécifiées : 340 heures

Moyens, connaissances pratiques et théoriques (140 heures)

Yoga de Patanjali et pratique du Hatha yoga

Connaissances générales (100 heures)

  1. a) Tradition indienne, Ayur veda et Textes (60 heures)
  2. b) Tradition occidentale, Sciences humaines et textes (40 heures)

Pédagogie et déontologie (100 heures)

Heures obligatoires non spécifiées : 160 heures

Total minimum 500 heures

 

Le Programme de base devrait vise à encourager chez le futur enseignant la capacité de transmettre le yoga à ses élèves de façon à améliorer la qualité de leur vie. Le candidat devrait manifester un désir authentique de partager et poursuivre l’expérience du Yoga. À la fin de sa formation, il doit montrer qu’il s’est conformé aux buts, aux critères de qualité et aux conditions du « Programme de Base Européen ».

 

  1. Contrôles et certifications

Des vérifications sont faites pendant la formation pour s’assurer de la qualité des connaissances acquises. Pour se présenter à l’examen final, le candidat aura dû faire preuve de ponctualité et de sérieux tout au long de sa formation.

Son expérience est observée tout au long de la formation par des échanges et présentations pratiques et orales. La rédaction d’un « carnet de bord » et d’un mémoire, sur un thème d’éducation yoguique, est demandée tout au long de son cursus.

Afin de certifier de sa « trans-formation », le candidat doit :

  • passer un examen écrit sur les matières principales : répondre à des questions qui couvrent le champ de formation
  • donner une leçon pratique de yoga
  • présenter un mémoire écrit de 40 à 60 pages
  • soutenir oralement le mémoire en répondant à toute question posée par le jury

 

La qualité la plus importante est la motivation du pratiquant. Comme une évaluation est toujours subjective, il est important qu’elle soit faite par plusieurs personnes. Le point principal évalué est la capacité du candidat à enseigner le yoga de façon responsable et à transmettre les éléments essentiels du yoga. Un tel examen n’est pas comparable à une licence académique. L’examen mesurera la maturité du candidat dans sa pratique du yoga, plutôt que son savoir. Les procédés d’évaluation sont dirigés avec soin ayant pour but un résultat positif.

L’examen n’est pas la seule preuve de succès. Le comportement et l’évolution en Yoga du sadhaka pendant toute la durée de sa formation est un point de référence. À chaque session, les formateurs doivent êtres persuadés que le candidat a acquis le savoir de base essentiel pour enseigner le yoga, ainsi que la capacité de transmettre la grande Tradition du Yoga, et qu’il pourra sensibiliser ses élèves à une profonde recherche intérieure.